Art et Métiers du Livre n° 293
La Médiathèque d'Orléans

N° 293 - Novembre/Décembre 2012

8,50 €

ISSN : 0758413X

Orléans est l'une des premières villes de France à ouvrir une bibliothèque publique, dès le début du XVIIIe siècle. Forte de trois siècles d'histoire, elle s'attache à valoriser la richesse de ses fonds patrimoniaux grâce à la numérisation. Au XIXe siècle, les cartonnages d'éditeur ont fait la gloire industrielle de certaines villes de France. Olivier Maupin, restaurateur de livres anciens, nous propose une étude historique et codicologique des cartonnages de la Maison Mame de Tours. Formaire, voici le nom d'un métier qui a quasiment disparu. Claudine Latron fabrique les formes destinées à recevoir la pâte à papier pour produire artisanalement une feuille : elle est le seul artisan dans ce domaine à être inscrit au répertoire des métiers d'art rares Pour Anne Goy, artiste relieur belge, l'art de la reliure c'est aussi le plaisir de la recherche quelle trouve dans l'étude de nouveaux concepts et l'exploration de nouveaux matériaux, tout en privilégiant la sobriété et la pureté. François Houtin est un graveur qui enchante la nature. En contact permanent avec elle, il nous invite à de longues promenades au plus près de ses sources d'inspiration.

Actualités

Page(s) salon de bibliophilie contemporaine
Paris Relié, le Paris des relieurs contemporains
Les arts de l’Islam au Louvre
Les Fables de La Fontaine illustrées
L’art d’aimer au Moyen Âge
Biennale internationale de l’estampe en Lorraine

Le livre arménien de la Renaissance aux Lumières

Caractérisée par une abondante et brillante production manuscrite dont les premiers témoins datent du vie siècle, la culture arménienne adopte les techniques typographiques au début du XVIe siècle. Certes, l’alphabet arménien a fait une ponctuelle apparition au temps de l’incunable, restitué par la gravure sur bois dans l’édition allemande de 1486 du Pélérinage de Bernard de Breydenbach. Mais le premier livre imprimé en arménien par le recours aux caractères mobiles métalliques paraît à Venise en 1512. Il est l’œuvre d’un personnage encore énigmatique, Yakob (Jacques), qui se surnomme lui-même « le pécheur », et dont la marque typographique aux quatre lettres (D.I.Z.A.) n’a toujours pas fait l’objet d’interprétations pleinement satisfaisantes. Il publie en tout et pour tout cinq livres avant de disparaître sans laisser de trace.

Auteur : Sordet Yann

Magazine : Art et Métiers du Livre n° 293 Page : 14-14

bibliophilie

reliure d'art

estampe