Art et Métiers du Livre n° 301
Numéro spécial Salon du Livre Ancien, de l'Estampe et du Dessin

N° 301 - mars/avril 2014

9,50 €

ISSN : 0758413X

Le Salon International du Livre Ancien, de l’Estampe et du Dessin, qui aura lieu du 11 au 13 avril au Grand Palais, est l’événement majeur de ce printemps pour tous les bibliophiles et amateurs de belles « images ». C’est pourquoi nous avons voulu mettre à l’honneur le beau métier de libraire avec Léoda Empinet-Scale et Bernard Maurel, de la librairie Quadr’arts, deux professionnels particulièrement attachants, très dévoués à leur clientèle et à leurs confrères et qui soutiennent activement l’art de la reliure. La marquise de Sévigné et Bussy-Rabutin, son cousin, nous ont laissé, chacun à leur manière, un riche héritage ! Lettres et écrits ont fait l’objet de nombreuses éditions devenues rares et convoitées, que Bertrand Hugonard-Roche a recensées pour nous. L’estampe et le dessin ne sont pas oubliés. Devorah Boxer nous invite à la redécouverte d’objets hétéroclites, toutes ces choses oubliées auxquelles elle redonne vie dans ses gravures. L’art du dessin ne pourrait être mieux représenté que par le talent du grand Gustave Doré, ce génie de l’illustration, à ne pas manquer au Musée d’Orsay qui lui consacre une rétrospective. La reliure d’art, largement présente sur le salon grâce notamment aux Amis de la Reliure Originale, nous entraîne jusqu’en Allemagne où Roger Green, professionnel anglais, a installé son atelier dans lequel il crée de magnifiques décors et de fabuleux papiers décorés. Enfin, Frère Edgard Claes nous livre la 2e partie de l’article consacré à la technique du dos rapporté, dite à la « Elbel », une technique qu’il a adaptée, à sa manière, sur une reliure en polycarbonate, sa spécialité. Bonne lecture et rendez-vous sur notre stand au Grand Palais.

Actualités

bibliophilie

reliure d'art

estampe

Devorah Boxer

Devorah Boxer, c’est un demi-siècle de création de gravures en France jalonné de nombreuses manifestations auxquelles elle a contribué et durant lequel elle s’est imposée dans le paysage de l’estampe française. La reconnaissance est arrivée sur le tard, comme en témoigne le prix spécial du Maire de la Biennale de Saint-Maur qu’elle reçoit en 2013. Et il manquait encore à l’artiste une exposition personnelle, chose faite en 2008 grâce au Musée de Gravelines et en 2013 à la Galerie L’Échiquier à Paris. L’occasion de revenir sur l’univers singulier de cette artiste.

Auteur : Lepape Séverine

Magazine : Art et Métiers du Livre n° 301 Page : 26-33