Art et Métiers du Livre n° 301
Numéro spécial Salon du Livre Ancien, de l'Estampe et du Dessin

N° 301 - mars/avril 2014

9,50 €

ISSN : 0758413X

Le Salon International du Livre Ancien, de l’Estampe et du Dessin, qui aura lieu du 11 au 13 avril au Grand Palais, est l’événement majeur de ce printemps pour tous les bibliophiles et amateurs de belles « images ». C’est pourquoi nous avons voulu mettre à l’honneur le beau métier de libraire avec Léoda Empinet-Scale et Bernard Maurel, de la librairie Quadr’arts, deux professionnels particulièrement attachants, très dévoués à leur clientèle et à leurs confrères et qui soutiennent activement l’art de la reliure. La marquise de Sévigné et Bussy-Rabutin, son cousin, nous ont laissé, chacun à leur manière, un riche héritage ! Lettres et écrits ont fait l’objet de nombreuses éditions devenues rares et convoitées, que Bertrand Hugonard-Roche a recensées pour nous. L’estampe et le dessin ne sont pas oubliés. Devorah Boxer nous invite à la redécouverte d’objets hétéroclites, toutes ces choses oubliées auxquelles elle redonne vie dans ses gravures. L’art du dessin ne pourrait être mieux représenté que par le talent du grand Gustave Doré, ce génie de l’illustration, à ne pas manquer au Musée d’Orsay qui lui consacre une rétrospective. La reliure d’art, largement présente sur le salon grâce notamment aux Amis de la Reliure Originale, nous entraîne jusqu’en Allemagne où Roger Green, professionnel anglais, a installé son atelier dans lequel il crée de magnifiques décors et de fabuleux papiers décorés. Enfin, Frère Edgard Claes nous livre la 2e partie de l’article consacré à la technique du dos rapporté, dite à la « Elbel », une technique qu’il a adaptée, à sa manière, sur une reliure en polycarbonate, sa spécialité. Bonne lecture et rendez-vous sur notre stand au Grand Palais.

Actualités

bibliophilie

reliure d'art

Roger Green

La reliure manuelle à dos rapporté

Dans la première partie de l’article publié dans le numéro 299 à propos de la reliure manuelle à dos rapporté, j’ai fait état de l’intérêt que j’ai initialement porté à une structure qui m’avait été présentée par un ami relieur. Les remarques qui m’ont été faites et les informations que j’ai recueillies depuis m’incitent, pour dissiper toute équivoque, à préciser que le principe du dos rapporté a été antérieurement décrit par Benjamin Elbel dans la revue The New Bookbinder, n° 32 de l’année 2012. La réflexion que j’ai menée a donc embrayé sur celle d’un relieur plus jeune dont l’existence ne m’a été que tardivement révélée et dont je tiens à présent à saluer l’antécédence de la recherche.
Tout comme il existe de nombreuses variantes au bradel, mon travail consistait à décrire une version personnalisée de ce que, sans me préciser l’identité de son créateur originel, mon ami m’avait montré et dont il ne m’est jamais venu à l’esprit de revendiquer la paternité. Dans les notes ajoutées au présent article, on trouvera les différences les plus importantes entre la structure proposée par Benjamin Elbel et la variante dont j’ai fait état.

Auteur : Claes Edgard

Magazine : Art et Métiers du Livre n° 301 Page : 56-65

estampe